L’actualité peut faire mal

La Gigantesque Arnaque du Covid-19

Les vaccins introduisent de nouvelles souches mutantes du virus et causent plus de malades.

Cobayes de tous pays, unissons-nous !

Peu de pays sont assez courageux ou imprudents pour exécuter une vaste expérience médicale sur l’ensemble de leur population et mettre en danger les personnes vulnérables.

La Grande-Bretagne et Israël l’ont fait.

Dans l’état actuel des choses, il est difficile de nier la possibilité d’une corrélation entre la vaccination de masse et une forte augmentation des cas de Covid-19 en Israël et en Grande-Bretagne.

Le 8 décembre, la Grande-Bretagne a été le premier pays occidental à commencer à «vacciner sa population».

Deux semaines plus tard, quelques jours avant Noël, la Grande-Bretagne comprit qu’elle était en grave difficulté.

Covid-19, le virus qui était censé disparaître de nos vies, s’est transformé en autre chose.

Le 19 décembre, le Premier ministre Boris Johnson a admis que des scientifiques britanniques avaient identifié un nouveau mutant Covid-19 qui est « 70% plus transmissible » que ses ancêtres.

La Grande-Bretagne a introduit des restrictions locales plus strictes, mais malgré celles-ci, ainsi que la vaste campagne de vaccination, le nombre de cas de Covid-19, d’hospitalisations et de décès n’a cessé d’augmenter.

Ils augmentent de façon exponentielle sur une base quotidienne.

Israël a lancé sa campagne de vaccination de masse quelques jours après la Grande-Bretagne.

Dans les deux semaines suivantes, Israël a réussi à vacciner près de 20% de sa population.

Israël est de loin le vainqueur mondial en ce qui concerne le concours de vaccination de masse, mais le pays est également en grande difficulté.

Comme la Grande-Bretagne, Israël fait face à une énorme poussée de Covid-19.

Son système de santé national est au bord de l’effondrement et la question inévitable est de savoir si ces crises sanitaires similaires (sinon identiques) sont liées à ces deux crises de vaccination contre le covid-19.

Coronacircus : les chats et les chiens devraient être vaccinés, selon « les » experts !

« Encore et toujours cette même volonté de terroriser tout le monde et de se faire un maximum de pognon en vaccinant maintenant les animaux de compagnie.

Vous remarquerez le titre de Cnews qui affirme que « les » experts conseillent la vaccination des chiens et des chats alors qu’il n’est question ici que de deux ou trois experts parmi des centaines de milliers dans le monde !

C’est de la pure propagande, ceci n’a rien à voir avec la science et encore moins la médecine.

Effectivement, tout ceci n’est basé sur rien de concret, juste la peur de tomber malade ».

Devant la propagation alarmante (sic) du coronavirus, des scientifiques américains et britanniques suggèrent de ne pas limiter la vaccination aux seuls humains, mais également de l’étendre aux chats, chiens et, d’une façon générale, à tous les animaux domestiques (re-sic).

Si l’on savait déjà que les animaux de compagnie vivant auprès des personnes infectées au SARS-CoV-2 avaient huit fois plus de risques d’être contaminés, selon les résultats d’une étude française parue en novembre dernier, ces chercheurs anglo-saxons viennent ainsi de jeter un pavé dans la mare.

Jusqu’à présent en effet, la communauté scientifique mondiale n’avait pas vraiment envisagé la vaccination chez les chiens et les chats car ces derniers sont asymptomatiques et ne développent donc pas de symptômes graves du Covid-19.

Mais pour ces scientifiques de l’université de l’Est-Anglie (UEA), au Royaume-Uni, et de l’université du Minnesota, aux États-Unis, le coronavirus, avec ses nouveaux variants, est peut-être en train de rebattre les cartes.

Une vaccination en prévention

Cock Van Oosterhout, professeur de génétique à l’UEA explique que l’évolution inquiétante du virus et de ses mutants pourrait ainsi poser un « risque important de santé publique » non seulement chez les humains, mais aussi chez les animaux qui vivent auprès d’eux.

Ce faisant, il est pour lui « logique de dévélopper également des vaccins pour les animaux de compagnie, a titre de prévention, pour freiner la propagation du coronavirus », comme il l’a expliqué à la presse britannique.

Cela d’autant plus que des cas de contaminations entre des humains et des chats, bien que rares, ont déjà été documentés.

Pour mieux appréhender ce sujet, les scientifiques rappellent par ailleurs que, l’année dernière, le gouvernement danois avait abattu des millions de visons, après l’apparition de centaines de cas de Covid-19, dont certaines formes variantes, dans le pays et que tous ces cas étaient liés à des élevages locaux.

En clair, il y a pour eux urgence agir car le risque de souches spécifiques aux animaux à «même de créer un tout nouveau virus», pourrait être sérieux.

La Grande Arnaque du COVID 19:Le port obligatoire du masque:un danger pour la santé et la sécurité publique

UNE HISTOIRE POUR LES PORTEUR DE MASQUE :

Gigi Thibault témoigne….

Ma fille de 19 ans en bonne santé.

Travailleuse de première ligne dans une énorme chaîne d‘épicerie.

À commencer à se sentir malade il y a environ deux semaines.

Douleur latérale au thorax et dans le dos.

Nausées.

Douleur thoracique.

Le médecin en urgence l’a envoyée pour passer une radiographie du thorax.

Quelque chose « de grisâtre » sur le côté droit…c’est tout…

Envoyé pour IRM.

Scanner.

Ultrason des zones du dos et de l’abdomen…

RIEN…

Pendant qu’au travail, elle était incapable de respirer.

Douleur thoracique.

Je me suis précipité vers les urgences dans la zone jaune.

Testé pour Covid.
Négatif.

Toute seule à l’urgence car personne ne peut être avec elle.

Il s’avère que c’est une pleurésie.

Une inflexion de l’extérieur de la doublure des poumons.

LA CAUSE ?

C’est parce qu’elle porte un masque plus de 8 heures par jour, à raison de 5-6 jours par semaine.

Elle respire donc dans ses propres bactéries.

Le dioxyde de carbone a causé une infection.

Et maintenant elle en souffre sévèrement.

Mais vous ne verrez pas ça dans les médias de masse !

Elle a 19 ans.

Elle était en bonne santé.

Et maintenant est alitée et lutte pour respirer.

Antibiotiques.

Stéroïdes.

Traitements respiratoires….

Vous y croyez pas ?

Alors regarder ce qu’Arruda vous a dit , avant de vous dire le contraire !

Je me pose souvent la question ?

pourquoi autant de mensonge et pourquoi jouer avec la vérité ?

C’est criminel de jouer avec la vie des gens ….

Un bref examen de certains faits liés à la vaccination de masse

Le cas d’Israël, qui est de loin le leader mondial dans le domaine de la vaccination de masse, ne laisse pas beaucoup de marge de manœuvre aux sceptiques.

Depuis qu’Israël a lancé sa vaste campagne de vaccination en décembre, on assiste à une augmentation exponentielle des cas de COVID-19 et des décès.

À l’heure actuelle, le mutant britannique est devenu la souche COVID dominante en Israël.

Le système de santé israélien est au bord de l’effondrement.

L’augmentation du nombre de cas et de décès est en corrélation avec la distribution de vaccins.

En Israël, les communautés juives orthodoxes qui ont été vaccinées en masse ont vu le nombre de cas de COVID multiplié par 16, tandis que les Arabes israéliens qui, dans l’ensemble, se sont abstenus de se faire vacciner ont vu le nombre de cas de COVID chuter fortement.

Mais Israël n’est pas seul dans ce cas.

D’autres États ont suivi une voie similaire et leur situation devient aussi catastrophique, que la crise à laquelle nous assistons dans l’État juif.

J’aurais aimé croire qu’il n’est pas trop tard pour que la Grande-Bretagne reporte la campagne actuelle de vaccination de masse et examine de près la corrélation possible entre la vaccination de masse et les mutants.

L’évolution rapide de l’âge des cas de COVID-19 que nous observons en Israël et en Grande-Bretagne est également corrélée à la vaccination de masse.

Les faits statistiques liés à la vaccination de masse ne sont pas très prometteurs.

Cependant, quelques jours seulement après le lancement des campagnes de vaccination dans ces pays, le nombre de cas de COVID et, par conséquent, de décès, a explosé.